Écrire n’a jamais été aussi simple!

J’ai lu pour vous Ghost in Love de Marc Lévy

May 17, 2021

Vous êtes enfermé chez vous et vous vous demandez comment tuer le temps? Ou vous cherchez un livre à lire? Dans cet article, je vous propose de lire Ghost in love de Marc Lévy pour les cinq raisons suivantes.

1) Ecriture légère

Marc Lévy est un auteur que je lis depuis longtemps et que j’apprécie pour son écriture légère, sans fioriture. Il aborde des thèmes avec une simplicité dans le vocabulaire et la structure des phrases. Pas besoin de les relire plusieurs fois pour en saisir le sens.

2) De l’humour

Vous êtes triste et vous voulez rire? Eh bien, c’est le livre à lire. Je l’ai dévoré pendant que j’allaitais ma fille et je me suis marrée à tel point point que je devais faire des efforts pour que mes soubresauts ne la réveillent pas quand elle s’endormait.
Les répliques entre les personnages sont tout simplement à se tordre de rire à cause de leur cynisme. Ils se lancent des piques assez souvent.
Les descriptions ne sont pas en reste. On a un père mort, dont le fantôme flotte au-dessus d’une spectatrice pendant un concert, les jambes croisées, on a un fils qui parle avec le fantôme (invisible) de son père dans un taxi et le chauffeur le prend pour un fou.

3) Ça se lit vite

Vous aurez du mal à le déposer une fois commencé. Le roman a 321 pages et je l’ai lu en moins d’une semaine (sachant que je lisais juste pendant l’allaitement).
J’aurais aimé qu’il y ait plus de pages.

4) Thèmes profonds

L’auteur aborde plusieurs thèmes qui touchent le lecteur. Le deuil d’un parent est le thème dominant du livre. Thomas a perdu son père cinq ans plus tôt et il a du mal à s’en remettre.
Les relations filiales sont aussi importantes pour le personnage principal. Du vivant de son père, la pudeur a affecté la relation entre Thomas et lui. Des marques d’affection ont été ravalées, des à-priori sont nés. Une des phrases qui m’a marquée c’est quant le père a demandé à son fils s’il savait ce qu’il aimait parce qu’étant convaincu que celui-ci ne le connaissait pas. Cette phrase m’a renvoyée à ma relation avec ma mère qui vit encore. Cela m’a donné envie de lui parler un peu plus.

5) La langue

Bien que le titre soit en anglais, le livre est écrit en français. On imagine que ce choix s’explique par le fait qu’une bonne partie de l’intrigue se joue aux États-Unis.
Je suis trilingue et j’ai l’habitude de lire en anglais mais ma langue première est le français (si je fais fi de ma langue maternelle qui est le bassa). Avec la pandémie, j’ai perdu le goût de la lecture. J’ai essayé en vain de lire plusieurs livres en anglais mais je n’y arrivais pas. Pensant avoir perdu mon amour pour la lecture, j’ai été ravie de constater que non. Ghost in love m’a réconciliée avec cette passion et j’en suis heureuse.

Voilà, on arrive à la fin de cet article. Si vous avez lu le livre, qu’en pensez-vous ?

Related posts

Écrire un roman sous pression.

Cette année, j'ai participé au National Writing Month (Nanowrimo) qui se déroule tous les ans, en novembre. Cet...

J’ai lu Boumkoeur.

Jai lu le roman Boumkoeur qui a été écrit par Rachid Djaïdani et publié aux Éditions du Seuil en février 1999. J'ai...

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Translate »